AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yoshio Maeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yoshio Maeda
Black Velvet
avatar

Messages : 206
Points : 226
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 26
Localisation : Black Velvet

Carte étudiante
Groupe : Black Velvet
Année : 3ème année
Liste des cours à l'horaire:

MessageSujet: Yoshio Maeda   Ven 4 Mai - 11:11

Maeda Yoshio ▲ dossier scolaire

« We'll stand and climb against these walls »
~ Coldrain ~

    INFOS GÉNÉRALES


    → NOM: Maeda
    → PRÉNOM: Yoshio
    → ÂGE: 20 ans
    → ORIENTATION SEXUELLE: Héterosexuel
    → GROUPE: Black velvet
    → VACANT: Non
    → AVATAR: Yamamoto - Reborn



    INFOS PERSOS


    → ORIGINES(S): Japonaises
    → SURNOM(S):Shii – Mario (Il touche à tout, d’où ce surnom extrêmement bizarre que lui ont attribué ses amis)
    → AMBITION:Avoir son diplôme et vivre sa vie par lui-même.
    → ANNÉE: 3ème année.
    → EMPLOIS: Etudiants - Assistant du Professeur d’art martiaux à temps partiel.
    → PHOBIE(S): Devenir sourd.



your look


    CARACTÉRISTIQUES


→ TAILLE: 1m78
→ POID: 71 kilos
→ CHEVEUX: Noir
→ YEUX: Chocolat



    SIGNES PARTICULIERS

Yoshio à un corps sans aucunes traces de cicatrices, de tatouage ni d’aucuns perçages particuliers. Seul restent les hématomes formés par les entrainements parfois dur qui se dissipent. Il a des doigts particulièrement fins.


your psychology


    GOÛTS

Le silence, la paix… C’est tellement appréciable n’est-ce pas ? C’est plaisant de pouvoir s’allonger dans l’herbe et regarder les nuages non ? Eh bien lui, ce qu’il aime le plus, c’est aller au dojo pour s’entrainer au Kendo. Sentir son corps se laisser envahir par l’effort, repousser ses limites, s’améliorer, qu’est-ce que c’est bon pour lui, c’est un véritable plaisir ! Le mieux encore, c’est quand il est contre quelqu’un de fort, qui peux le contrer, le repousser, lui donner la rage pour continuer le combat… mais bon, ici il n’a encore jamais rencontré de personne comme ça… .
Le must aussi ? La musique ! Et surtout sa guitare. Sa fidèle guitare électro-acoustique qu’il trimballe absolument partout où il va. « Vous ne pouvez pas savoir le bien fou que ça procure de jouer d’un instrument comme celui-là » dit-il souvent. « Et Le mieux encore, c’est quand on est en groupe, pfuah ! L’émotion que ça procure ! La musique à fond, juste nous en train de s’éclater, quoi de mieux ? ».
Bien sûr, il n’y a pas que la musique qui le fait vibrer, toutes les formes d’arts ou de sport, il adhère complètement ! « Je suis ouvert à tous, c’est ce qui fait ma force ».
Bon, ce qu’il n’aime pas, par contre, ça reste les gens complétement imbus de soi-même. Ces gens-là, il ne peut pas les voir. « Dans cet établissement, combien y en a-t-il qui croit que tout leur est acquis juste parce qu’ils ont des parents richissimes ? Beaucoup trop ». Alors les demoiselles aux allures superflues, ou les garçons à qui il faut tout donner tout de suite sur un plateau d’argent, il n’aime pas ça, mais alors pas du tout. « Ce n’est pas parce qu’on a des parents riches, que ça nous donne tous les droits et qu’on ne doit que se pavaner. Il faut aussi bosser, et savoir utiliser nos dix doigts pour faire des choses concrètes. »
Les gens qui parlent trop, ou pour ne rien dire, ça aussi ça le fatigue. Tout comme ces petites pucelles qui lui tournent autour sans arrêt en gloussant… ca l’épuise complétement, le vide de toute son énergie même. « Je préfère largement une personne posée, calme, qui sait de quoi elle parle….Mais la conversation, c’est ce qu’il manque à tous les jeunes maintenant. »

    CARACTÈRE

Ce n’est pas un surdoué, mais il sait se débrouiller pour avoir d’assez bonne notes. Il est excellent en sport, en création artistique et en musique… par contre pour ce qui est de la littérature ou du français… c’est plus compliqué pour lui. « Hey oh ! Ce n’est pas ma langue natale… mais je fais des efforts ! »
Il a surtout envie de s’en sortir plus tard, de connaitre ce dont il parle un minimum afin d’avoir différent sujet de discussion et de ne pas s’appuyer sur la réputation de ses parents pour avoir un boulot. « Si j’obtiens un emploi, ça sera uniquement grâce à mon travail. C’est important pour moi. ». L’argent ne lui monte pas à la tête, il sait rester modeste. Et n’aspire pas à une vie luxueuse bien qu’il en ait une en ce moment même, mais plutôt à une vie tranquille sans trop d’histoire. « Ça serait tellement bien de parcourir le monde dans un groupe de musique… ha lala ».
Avec vous, il se comportera sans chichi. Tant que vous ne lui prenez pas trop la tête. C’est-à-dire, tant que vous ne venez pas l’ennuyer avec des histoires de crêpes-chignons sans queue ni tête. « Si c’est pour me parler de Paul-Henri qui n’a pas encore fini ses saucisses au foie gras, pas la peine ». Il n’aime pas se prendre la tête mais, si réellement vous avez un problème, réel, il sera là. D’ailleurs, c’est un véritable cœur tendre. « Pas du tout… hum. »
Patient, aimable et populaire sans le vouloir, il est aussi capable de vous plaquer contre un mur et de vous y maintenir le temps qu’il se calme si vous l’ennuyez de trop. « Je déteste que l’on me mette en colère… j’ai tendance à perdre la tête ». Oui, oui, le temps qu’il se calme. Et il vaudrait mieux que vous attendiez sagement sans rien dire… On ne sait jamais où son sabre japonais pourrait trainer... dans son dos peut être ? Dans ses mains ? Dans sa chambre ? Ce serait mieux qu’il soit dans sa résidence, parce qu’un sabre… ça calme tout de suite les plus hargneux normalement. Mais soyez rassuré, Yoshio n’a pas le droit de se battre en dehors du dojo, sous peine d’être exclu des compétitions de Kendo, alors… il est doté d’un sacré sang-froid obligatoire, même s’il avait très envie de vous arracher les yeux. « Croyez-moi… ça arrive souvent ».
Grand, bien bâti, c’est un homme tout ce qu’il y a d’homme. Il est aussi très porté sur la galanterie.
Il n’aime toutefois pas s’habiller à la perfection, chez lui, il y aura toujours une pointe de ‘négligence consciente’ tel qu’une cravate dénouée, un bouton de chemise enlevé, ou ses cheveux toujours un peu ébouriffé. Ce que les filles semblent beaucoup apprécier, allez savoir pourquoi.

    SECRET(S) ?

Il sait très bien dessiner, d’ailleurs son petit passe-temps, c’est peindre. Il a aussi des doigts en or pour jouer de sa guitare et de bon coup en Kendo, ce qui lui a valu une jolie place de 4ème au championnat international de Kendo qui se déroule tous les trois ans depuis 1970.

    POSSESSIONS

Ce qu’il traine toujours avec lui dépend de ses journées. Mais la plupart du temps, soit, il a sa guitare électro-acoustique, ou, son fourreau contenant son sabre japonais dans le dos. Il ne se passera surement pas d’une séance d’entrainement de Kendo ou même d’un moment de solitude improvisé assis sur l’herbe à l’ombre des arbres, sa guitare en main.


your story


    FAMILY


-Monsieur Ryu Maeda : C’est un homme dur, chez qui l’honneur et le travail sont deux signes très importants qui doivent se perpétuer dans sa famille. Il a travaillé d’arrache-pied pour donner à sa descendance une demeure sur et une excellente éducation mais jamais il n’a gâté ses enfants afin qu’ils puissent comprendre la valeur de l’argent et du dur labeur. Tout comme son fils, il aime les arts martiaux mais la musique n’est pour lui que futilité. « C’est mon père quoi… Bon, j’en suis fier. »
-Madame Agane Maeda : Femme qui provenait d’un milieu modeste, elle est forte et son éducation strict à fait d’elle une dame respectée. Elle a pris l’habitude de donner une somme d’argent net par mois à ses enfants, cela leur apprend donc à gérer leur liquide afin de mieux connaître la valeur de la monnaie. Ayant manqué de sous avec sa famille au tout début de son adolescence, elle veut absolument rendre sa progéniture capable de se débrouiller seul à tout instant. C’est une jolie dame, au port fière qui ne montre en aucun cas ses sentiments, pas même à ses enfants dont elle ne s’occupe que très peu. « Bon, maman fait un peu flipper parfois, surtout quand elle balance les couteaux à travers la pièce quand elle se dispute avec papa. ».
-Yuri Maeda : Petite sœur de Yoshio, elle entre dans sa dixième année. C’est une petite adorable que les parents Maeda éduquent avec rigueur. Malheureusement, L’ainé et elle ne s’entende que très peu, leur différence d’âge étant trop élevé. Ils ne se croisent que très peu de fois durant un mois puisque la petite est aussi placé dans un pensionnat.

Yoshio n’a jamais connu ses grands-parents et ses autres proches sont encore au Japon.

    STORY

Ryu Maeda a rencontré Agane, sa future femme, dans un petit village du Japon. Entre eux, avant qu’il ne se passe le ‘coup de foudre’ ça a d’abord été une guerre totale. Il a fallu à Ryu plus de trois ans avant que celle-ci n’accepte de le fréquenter officiellement. La jeune femme, qui a en sainte horreur de l’attitudes des nobles d’aujourd’hui, a tout de suite fait en sorte de pouvoir fréquenter Ryu sans qu’elle ne soit obliger de se soumettre à toutes les traditions excessives de la famille Maeda.
Femme forte, au caractère exécrable et exigent, elle est tout le contraire de son mari, ce qui provoque d’ailleurs des disputes brutales dans la demeure des Maeda. (Il n’est pas rare, même maintenant de voir des fourchettes et des couteaux voler dans les pièces, mais rassurez-vous, ils s’aiment) Et Yoshio a d’ailleurs hérité de ses excès de colères violents, bien qu’il soit parfaitement capable de se contrôler.
Lorsqu’elle accepta enfin le mariage, au bout de quatre ans de simple fréquentations « Oui, mon père a eu un sacré courage… je ne sais pas comment il a fait. ». La jeune femme fit parfaitement comprendre autour d’elle qu’elle se refusait à enfanter, se désignant comme étant trop insensible pour éduquer des enfants convenablement, au grand désarroi de Ryu.
L’arrivé de Yoshio, non souhaité, fut simplement possible grâce à un oubli de contraception un soir et à la répugnance de Madame Maeda qui refusait de donner la mort à un être qui était à l’intérieur d’elle-même. C’était à l’encontre de ses principes et bien qu’elle fut anéanti par la nouvelle d’être enceinte, elle porta donc l’enfant jusqu’à la naissance.

Lorsque celui-ci eu tantôt fait de sortir d’elle, la femme dénigra son enfant durant des mois laissant ainsi le père, Ryu, et les servantes en prendre soin. Malgré son accouchement, malgré le fait qu’elle est eue ce nourrisson dans les bras, rien, en elle, ne semblait avoir changé. Son instinct maternel ne s’était toujours pas développé.
Ainsi, ce fût donc Monsieur Maeda qui prit en charge l’éducation de son fils durant ses six premières années. D’où le caractère généralement calme et posé du garçon. L’initiant aux règles des arts martiaux qu’il pratiquait depuis sa plus tendre enfance. Père et fils ne se privent pas d’un petit duel lorsqu’ils ont du temps libre et ce, même maintenant.

Puis, un soir, Agane se rendit dans la chambre de son enfant, se posa au pied de son lit et le regarda dormir. Ce fut le déclic qui fit s’écrouler ses dernières barrières.
Elle se fit donc plus présente pour son fils, bien qu’elle ne fasse aucune démonstration d’amour tel qu’une simple étreinte ou un baiser comme une mère tendre et attentive pourrait faire à son enfant. « Elle ne sera jamais comme ça, on s’y fait au fil du temps c’est tout. ».

Quatre ans plus tard, sa mère donna donc naissance à sa petite sœur Yuri, cette fois sans réticence. Et celle qui s’en occupa ne furent pas les servantes, mais bel et bien madame Maeda. « Je ne lui en ai jamais voulu de pas avoir agi comme ça avec moi, Yuri a eu les attentions de maman, moi celles de papa, chacun son compte ».

Alors qu’il allait entrer dans sa onzième année, ses parents décidèrent de déménager en Amérique. Yoshio eu du mal à quitter son pays d’origine. Le japon est un archipel remplis de tradition, de respect… et l’Amérique… surtout New-York, était tout sauf un endroit calme et respectueux.
Durant quatre ans, il resta la plupart du temps cloitré dans sa demeure familiale à s’entrainer aux arts martiaux. Il sortait pour se rendre à l’école, mais, à part les études et le sport, rien n’avait d’importance. Le garçon était renfermé comme une huitre. Il n’avait aucun amis, aucune vie, ce qui déplut énormément à sa mère.
Un soir, elle lui donna donc une certaine somme d’argent, le mit à la porte de la demeure familiale et lui ordonna de passer la nuit dehors. « Quand je vous dis que ma mère est tout simplement une femme effrayante ! Mais… ce jour-là, elle a changé ma vie ».

En effet, ce soir-là, il tomba par hasard près d’une place de concert ouverte aux jeunes. Il s’y arrêta et resta ainsi des heures à écouter les groupes défilés les uns après les autres sur la scène.
Emerveillé, il comprit enfin ce qui soulevait son cœur… La musique. Les sons résonnant en lui, les vibrations créées par cette foule en délire, le son de cette guitare… le magnifique son de cette guitare… .
Il utilisa donc l’argent que lui avait offert sa mère pour s’acheter une guitare électro-acoustique et chaque jour depuis, s’entraine encore et encore dessus. Il s’est ouvert cette nuit-ci non pas seulement à la musique, mais ça a été un déclic qui lui a permis de reprendre sa vie en main. Il a arrêté de se morfondre, a décidé de vivre sa vie pleinement. Rêvant, un jour pourquoi pas, d’avoir un groupe comme ceux qu’il avait vu sur cette place.
Puis il a décidé de visiter certains musées, de sortir, d’en apprendre toujours d’avantage. En faisant ça, il s’est rendu compte de son attrait pour la peinture, les sculptures, toutes les formes d’arts possibles… Ce qui ne plut pas beaucoup à son père, moins ouvert à ça. « Il dit que c’est un délire d’adolescence, mais je suis assez grand désormais pour savoir que ce n’est plus un délire d’adolescence qui me frappe ».

Doué en étude, il eut le privilège de recevoir une missive de l’école Black Velvet vers ses dix-sept ans, juste après avoir été classé 4ème au championnat international de Kendo. C’était loin de chez lui, il fallait qu’il vive là-bas durant la semaine entière… ses parents et lui en discutèrent donc durant une soirée entière.
Rien ne l’obligeait à y aller. Il pouvait très bien entrer dans une école d’art à New York, puisque tel était son choix. Ses parents ne le poussaient en aucun cas à choisir la voix qu’il ne voulait pas emprunter, tant qu’il savait ce qu’il voulait faire et qu’il était prêt à se démener, ses choix ne serais pas contestés, bien que celui de continuer en art les ennuyaient quelque peu… .
Après cette longue discussion, Yoshio décida que cela lui ferait du bien de changer de vision. Cette école était l’occasion en or pour s’améliorer et grâce à elle, il été assuré d’être directement embauché après son diplôme, ce qui n’était pas négligeable. Il opta donc pour l’inscription à Black Velvet. Et le voilà déjà en 3ème année d’étude.
Populaire malgré lui, l’école lui a fait du bien et lui a permet d’obtenir de la maturité ainsi que de l’autonomie, bien qu’il est parfois du mal à s’adapter parmi tous ces gens imbus d’eux-mêmes.


i'm pseudo & i'm a geek




    → ÂGE: 19 ans.
    → SEXE: //
    → CONNECTIVITÉ: 2j/7 en temps normal. 6/7 en période de vacance.
    → LE RP ET MOI: C’est comme partout, ça varie du temps, des humeurs, des études, de la vie en général… Mais quand ça explose entre nous, ça produit des étincelles.
    → COMMENT TU LES AIMES, LES FILLES ?:Douces, tendres, naturelles, cuitent juste à point… Peut-être avec un peu de moutarde, mais alors, une simple touche légère et quelques champignons.
    → COMMENT AI-JE ATTERRI ICI: Grâce à un top-site. Mais lequel… impossible de le dire.
    → DES SUGGESTIONS ?: Aucunes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-veilleurs.forumgratuit.org/
Abriel B. Vaughan
Rusty Nail
avatar

Messages : 1195
Points : 1454
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 27

Carte étudiante
Groupe : Rusty Nail
Année : 2e
Liste des cours à l'horaire:

MessageSujet: Re: Yoshio Maeda   Ven 4 Mai - 16:14



C'est chiant corriger les fiches ... elles sont toutes parfaites depuis quelques temps. Je peux même pas me laisser aller à mon passe-temps favori : être chiant. Pff. :P

Je te valide, très chère. J'adore ton personnage : un jeune qui parle des jeunes comme un vieux. Aww.


Maintenant, penses à:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ur-sick.purforum.com
Yoshio Maeda
Black Velvet
avatar

Messages : 206
Points : 226
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 26
Localisation : Black Velvet

Carte étudiante
Groupe : Black Velvet
Année : 3ème année
Liste des cours à l'horaire:

MessageSujet: Re: Yoshio Maeda   Ven 4 Mai - 19:47


Merci.

Oui, en effet... j'ai une drôle de vision, mais ce n'est pas la première fois que l'on me le dit. Et je considère ça comme une chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-veilleurs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Yoshio Maeda   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yoshio Maeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Velvet  ::  :: l'admission :: présentations acceptées-